LUC BESSON OFFICIALISE LA FUTUR CITE DU CINEMA

Publié le par Arnaud


Rachetée à EDF par Luc Besson pour 3.85 millions d'euros en décembre 2006, le site de l'ancienne centrale électrique du quartier Pleyel à Saint-Denis deviendra d'ici 2012, l'emplacement de la Cité du Cinéma.

Le 12 juin, Luc Besson a en effet dévoilé lors d'une conférence de presse sur le site, le lancement du projet de sa Cité du Cinéma dont les premiers coup de pioche pourrait être donnés dès le mois de septembre, le financement venant enfin d'être bouclé. Les Principaux investisseurs du projet d'un montant de 130 millions d'euros, seront la Caisse des dépôts et consignations et Vinci Immobilier.

Imaginée par les architectes Reichen & Robert, la futur Cité du Cinéma couvrira une surface de près de 6.5 hectares.

Pour l'instant, «il faut avoir un peu d'imagination», conçoit en souriant Luc Besson «Ici, la halle sera doublée d'arbres sur 300 mètres et servira à la circulation des gens. D'un côté, vous aurez les activités sédentaires avec des bureaux, dix restaurants, une crèche, et peut-être une école de cinéma. De l'autre, derrière ces piliers rouillés, vous aurez les activités éphémères, avec dix plateaux de cinéma flambant neufs et les loges des stars, qui auront cha­cune un jardin et un ascenseur privé. Au sous-sol, on aura 15 000 mètres carrés pour stocker le matériel et pour fabriquer les décors qui pourront rentrer directement sur les plateaux et comme je consomme du studio depuis trente ans, j'ai fait la liste avec mes techniciens de tous les petits trucs pratiques.»

Le siège d'Europacorp, aujourd'hui situé dans un hôtel particulier appartenant à Luc Besson, rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris, déménagera à Pleyel, tout comme la prestigieuse école publique de cinéma Louis-Lumière, installée depuis 1989 à Noisy-le-Grand.

Avec plus de 200 films par an, la France est le premier fabriquant de film en Europe et compte rapidement pouvoir rivaliser avec les studios de Pinewood à Londres ($9.2 millions de bénéfices en 2008) et de Babelsberg en Allemagne ($4.9 millions) afin de rentabiliser les lieux au plus vite. Pour cela, il faudra réussir a convaincre les studios américains comme la Twentieth Century Fox, Warner Bros ou encore Sony de venir tourner dans ces nouveaux studios de Paris.
Alors que les deux-tiers des films Europacorp sont désormais destinés au marché international, ces Studios de Paris aideront ainsi à livrer des productions aux studios américains a des prix bien plus compétitifs.


Publié dans BUSINESS

Commenter cet article